Bilan technique à 5000 km

Vélo

Bilan technique à 5000 km

Bonjour à tou.te.s !

On prévient d’avance, cet article ne sera peut-être pas aussi exaltant que les autres. N’empêche, quand on prépare un tel voyage, on est bien contents d’avoir des retours d’expériences d’autres voyageurs au long cours (et ce, d’autant plus quand on part sur une monture particulière comme la nôtre). Après avoir écumé les blogs de voyageurs, à notre tour de raconter nos ennuis/réussites techniques. On espère que ce post sera utile à certain.e.s lecteur.rice.s !

De manière générale, on est très contents, on n’a eu aucun gros problème mécanique, rien qui ne nous a bloqués. Rien que ça, c’est une petite victoire ! On adresse une petite pensée au passage à Juliette et Florent, ils nous avaient généreusement prêtés leur tandem pour faire le tour de Corse et on avait eu la roue libre qui nous avait lâchés et une durite de frein qui avait percé… :/

On note toutes les réparations dans le tableau ci-dessous (que vous pouvez retrouver à la page Le vélo), ça donne déjà une idée. Remarque : dans ce tableau, on a noté les kilométrages de ce voyage, en pratique, le tandem avait déjà roulé 1500-2000 km avec tous les composants d’origine du pino tour, on avait juste changé les plaquettes de frein.
Et plus en détails, voici nos retours.

 

Les freins

Suite à notre mésaventure Corse puis aux pentes à plus de 20% anglaises, on est devenus très attentifs aux freins. A nous 2 plus tous les bagages, il y a quand même 200kgs à arrêter. On atteint facilement les 50km/h en descente, les physiciens pourront faire un petit calcul d’ordre de grandeur, pour nous arrêter, ça fait pas mal d’énergie à dissiper et donc… ça chauffe beaucoup ! Pour cette raison, ces tandems sont montés avec des freins à disque et non des v-brakes qui feraient trop chauffer la jante. Ca freine très bien jusqu’à un certain point. Ils chauffent eux aussi et dans les descentes (très) raides anglaises (ils n’ont pas de vraies montagnes alors ils ont la désagréable habitude de tracer les routes tout droit peu importe la pente…), on devait s’arrêter régulièrement pour les laisser refroidir (quand ça chauffe trop, ça ne freine plus).
Suite à une discussion avec un vendeur de vélo super compétent, on a changé les disques d’origine pour des disques Hope flottants qui dissipent mieux la chaleur. Claude les a montés sur le vélo sans problème (à savoir à l’avant vu la dynamo il y a un adaptateur centerlock -> 6 bolts Ashima) , il n’a même pas eu besoin de changer les poignées et le reste du système. A ce propos, on avait choisi les freins SRAM et non les Shimano qui sont normalement montés sur le pino tour. Les SRAM utilisent de l’huile DOT (contrairement aux shimano), c’est plus facile à trouver puisque c’est la même que pour les voitures. On s’est dit que ce serait mieux si on devait faire une purge. Cependant, on a besoin d’un kit de purge pour pouvoir la faire nous-même et on ne l’a jamais trouvé (sur la route du moins)… Les réparateurs de vélo ont bien le kit, mais la version pro, qu’ils ne vendent pas. Ce n’était donc peut-être pas si utile que ça…
On est très très contents de ces freins et de ces disques. Ca freine très bien et surtout, les disques refroidissent beaucoup plus vite, on entend les “clac clac” du métal qui refroidit dans les descentes. Et cerise sur le gâteau, ils ont la classe !

Côté plaquettes, on avait des semi-métalliques au départ à l’avant comme à l’arrière. Les plaquettes avant nous ont tenu moins de 500km. Depuis, on utilise des plaquettes métalliques à l’avant et semi-métalliques à l’arrière, on en est très contents, elles nous tiennent bien plus longtemps. Les métalliques sont réputées freiner moins rapidement puisqu’elles ont besoin de chauffer. Autant dire qu’avec nos 200kgs, elles chauffent assez rapidement pour qu’on ne se rende même pas compte de la différence !
Pour finir avec la partie freinage, on pense tout de même installer un v-brake à l’avant qui nous servirait d'”air bag” en cas de problème dans une descente (on a été un peu traumatisés de la Corse !). Il n’y a pas les œillets nécessaires donc il faut qu’on voit ce qu’on arrive à bricoler, ce serait vraiment à utiliser en cas d’urgence seulement.

Cadre

Rien à signaler pour l’instant ! Les cadres des anciens modèles de pino se cassaient régulièrement, les nouveaux modèles ont l’air de s’être améliorés mais ne semblent pas à l’abri de toute fissure non plus (c’est arrivé aux Pignons Voyageurs). On surveille attentivement !
On ressert juste régulièrement quelques vis (guidons et béquilles surtout). On a notamment remarqué qu’après une nuit de bateau, le système qui maintient les deux moitiés du cadre ensemble se desserre complètement ! (merci les vibrations)

 

Roues

Nous sommes partis avec des pneus Swchalbe Marathon Plus (référence chez les cyclotouristes). On a eu quelques crevaisons réparées par des rustines.

Le pneu avant s’est usé très vite sur les flancs, il n’était pas assez gonflé. Depuis, on le gonfle mieux, à 4,5 bars, (enfin pour être très honnête… Claude le gonfle mieux) et le milieu du pneu s’use aussi, c’est bon signe ! On l’a quand même bien usé puisqu’on voit à un endroit le “bleu” de la gomme anti-crevaison. On en a donc racheté un nouveau à Athènes (Marathon Plus aussi mais un design un peu différent) et on attend que l’ancien rende complètement l’âme avant de le changer.

Côté pneu arrière, tout allait bien jusqu’à il y a quelques jours, quand on a vu une petite déchirure apparaître sur le flanc du pneu, à l’endroit où il touche la jante. Par précaution, on a acheté un nouveau pneu hier. On n’a pas trouvé de Marathon Plus, on a pris une copie chinoise CST Sensmo Master de 1,75″ de largeur (contre 2″ pour le pneu d’origine, on s’est trompés, on vous dira si on va plus vite sur le plat 😉 ) : on quittait Izmir et il était peu probable qu’on trouve des bons pneus dans les petits villages qu’on allait traverser les prochains jours. Grand bien nous a pris ! Ce midi, alors qu’on essayait désespérément de rejoindre une ville pour déjeuner (encore des problèmes de cartes pas à jour), un grand BANG a retenti. Le pneu avait finit de se déchirer, ce qui a provoqué l’explosion de la chambre à air. On était bien contents d’avoir notre pneu chinois ! On rachètera un Marathon Plus dans une grande ville quand on aura l’occasion ! On est quand même un peu déçus que le dernier se soit déchiré si vite alors qu’il n’était pas très usé…  🙁

Transmission

Côté chaines/vitesses, on a cassé un câble de dérailleur le 3ème jour de notre voyage !
À Athènes, notre chaîne étant bien usée, on en a racheté une nouvelle. Or, cette dernière accrochait sur les plateaux ce qui la rendait inutilisable. Les plateaux étaient eux aussi très usés, il fallait aussi les changer. On l’a fait à Güzelbahçe en Turquie au super Hermes Bisiklet Kafe, le mec était excellent, il nous a mis des beaux plateaux Shimano tous neufs (26x36x48 contre 28x38x48 avant, les côtes sont un peu plus faciles), il nous a dit que nos anciens plateaux (sans marque) étaient vraiment de la daube. Avec la nouvelle chaîne, c’est super !
On remercie au passage Hase de monter un vélo en faisant payer des vitesses Shimano mais en oubliant de mettre des plateaux de bonne qualité. Claude suspecte que ce soit juste pour pouvoir avoir quatre pédales où il y a écrit “Hase” qu’ils mettent leurs propres plateaux, mais de mauvaise qualité…

La cassette (les vitesses) est en bon état pour sa part (Shimano).

Selle

Vous le savez probablement, le facteur limitant à vélo n’est pas les jambes mais… le mal de fesses !! Quand on partait à 2 vélos droits, on avait chacun notre selle en gel sur laquelle on était bien (Selle Italia). Le problème étant cependant que j’avais très mal aux fesses sur la selle de Claude et à l’inverse, Claude avait très mal aux fesses sur la mienne. On a donc fait le pari de suivre LA recommandation des voyageurs à vélo : une selle Brooks B17. C’est une selle en cuir qui se fait au fessier de son utilisateur après 1000kms environ. On s’est dit que la selle se ferait probablement à la moyenne de nos fesses et que ce serait le mieux pour nous. On est partis pas très sereins avec une selle dure comme du béton après avoir lu des témoignages qui parlaient plutôt d’une amélioration au bout de 9000kms… :/
Et finalement, la selle s’est faite assez rapidement (les pluies torrentielles des 1ères semaines ont peut-être aidé…) et on en est très très contents ! Pour ma part, j’ai arrêté d’utiliser mon cycliste de vélo au bout de 3 semaines et l’ai donné à Anne-Laure qui l’a ramené. Quant à Claude (bien plus sensible du postérieur que moi), il n’a jamais été obligé d’utiliser de crème magique anti-frottements et ne porte quasi plus son cycliste non plus depuis 1 mois.
On est donc très contents de cet investissement, tant matériel qu’humain ! 😉

Voilà pour ce 1er bilan matériel, on espère qu’il vous sera utile !! 🙂
A bientôt !
Stéphanie

PS : et sinon on est en Turquie, ça va super bien ! Claude vous prépare un article pour vous raconter cette dernière semaine, à très vite ! 🙂

15 COMMENTS
  • Jeff
    Reply

    Au sujet des freins SDRAM, est-ce qu’il y a également un analogue qui s’appelle DDRAM? Merci.

  • Marine
    Reply

    Wow, hyper instructif. Merci beaucoup !

  • Christine
    Reply

    Pour nous, mes petits enfants et moi, la trottinette nous va très bien: freins “semelles”, cadre qui monte et descend, petites roues increvables (comme nous) sans transmission ni selle… Vous auriez peut-être dû faire comme nous! Bisous

    1. Stéphanie Couvreur
      Reply

      Tu ne crois pas si bien dire, j’ai échangé récemment avec Blandine qui fait le même voyage que nous (en plus long) en… trottinette !! Son site : http://www.wot.latrottineuse.com/fr/tour-du-monde-en-trottinette/
      Vous nous rejoignez ? On a un peu d’avance, on vous attendra au frais au Kirghizstan ! 😀

  • Juliette
    Reply

    On est encore désolé que vous ayiez eu des problèmes avec notre Pino, mais il était encore dans son rodage (il avait fait environ 1500 km quand vous l’aviez pris). On avait eu moins de soucis sur les premiers kilomètres, je crois seulement que les freins à disques arrières n’étaient pas complètement vissés à la livraison (et quelques autres vis). Et 2 crevaisons dont une évitable (vis de valve mal serrée, l’autre une épine).
    C’est très intéressant pour nous votre bilan, je note en particulier le changement des plateaux et le coup de la selle, même si on n’avait pas trop eu à se plaindre, et ce sans cuissard (on doit avoir le fessier plus mou ^^).
    Sinon pour la pression des pneus, Christophe de Roulcouché nous avait recommandé de se mettre à la pression maximale des pneus, étant donné le poids (tandem + chargement).
    Encore désolée pour le prêt assassin de notre tandem !!!

    1. Stéphanie Couvreur
      Reply

      Tu rigoles, merci encore, c’est grâce à vous qu’on a franchi le pas !! Et c’est nous étions désolés de faire subir tous ces malheurs à votre tandem ! En tout cas, on surveille maintenant les durites et on a emmené une roue libre de rechange ! 😉
      On espère que la vie à 4 se passe bien !
      Plein de bises !!

  • Anita
    Reply

    Quelle déception, moi qui voyait le voyage à vélo comme une belle aventure et un rêve peut être à réaliser un jour à plus petite échelle bien sur, je crains qu’il ne soit trop tard pour passer un CAP mécanique vélo pour moi et pour Jean Christophe je vous laisse juger, …
    Bravo à vous d’avoir assuré à ce point sans signes de découragement
    Bisous

    1. Stéphanie Couvreur
      Reply

      Mais nooooon, faut pas dire ça !! En vrai, si tu sais réparer une crevaison avec une rustine, ça suffit. Il faudra juste s’arrêter plus souvent chez des magasins de vélo pour faire des révisions. Et si tu connais les basiques qui ne sont vraiment pas compliqués comme changer/régler les freins, changer un câble de dérailleur, ça permet de ne faire qu’une révision de temps en temps.
      Sinon il y aussi la solution de venir nous rejoindre pour avoir les mécanos sous la main ! 😉

  • Pierre
    Reply

    Bonjour du Québec,
    J’en aurais long à dire sur le Pino…que nous adorons! Si je peux me permettre, pour prolonger la durée de vie de votre B-17, protégez-la de l’eau (pluie, rosée, etc) sinon le cuir va se détendre au max et elle ne sera plus confortable,..même si vous resserrez l’écrou de tension sous le museau de la selle. Brooks recommande de la graisser une ou 2 fois par an.
    J’ai transformé le nôtre en tandem électrique avec assistance solaire pour participer au Suntrip 2017. https://www.thesuntrip.com/sun-trip-tour-2017/
    https://ffotr.com/2017/07/01/premiere-et-derniere-semaine-en-france/
    Malheureusement nous avons fait une chute au 2iéme jour et ma stoker s’est fracturée le bassin. Nous reprendrons l’aventure dans les Alpes cet été.

    Nous avons éprouvé les mêmes problèmes de freinage (à 80km/h dans une côte a 21%). Nous avons donc changé pour des freins Tektro dorado E-710 de Ebike pour remédier à la situation: http://www.tektro.com/products.php?p=35 . Les disques sont plus épais (22mm) et les plaquettes plus longues. Tektro offre maintenant les E-725 à double piston. Intéressant si le problème perdure.

    Pour le frein ”Airbag”, on songe a installer un freins-V sur les haubans arrières. Il y a 2 visses prévues à cet effet.

    Sur les Pinos, la jante de roue arrière est de mauvaise qualité. Elle risque de vous lâcher assez rapidement. Pendant que vous êtes encore en Occident, je vous recommande de la changer pour une Ryde Andra-30. https://www.ryde.nl/andra-30
    Une autre petite pièce fragile dont vous devriez vous procurer une de secours: La fixation noire en forme de pyramide (environ 2cm x 5 cm de long) qui s’insère dans la joint du cadre pour y visser la béquille centrale. Seul Hase peut vous fournir cette pièce!
    Transmission: Nous avons opté pour un Rohloff.
    Nous vous suivrons avec attention! Nevergiveup!
    PS: Voici le site de nos amis Suisses qui rentrent d’une traversée des 2 Amériques en Pino: http://www.schnellyss.com/fr/accueil/
    Pierre et Claudette
    Facebook: pierre.julien.925
    http://www.ffotr.com

    1. Claude
      Reply

      Merci pour ces conseils !!
      Pour la jante je ne m’en doutais pas on ve regarder ça attentivement.
      En ce qui concerne la petite pièce pyramidale honnêtement elle m’inquiète depuis le début. Tout le poids des bagages sur la béquille repose dessus et franchement elle semble tenir miraculeusement sur sa demi vis… En effet comme c’est pile au niveau de la jointure du cadre, la vis n’est pas complète ! Je trouve ça absurde et ça m’inquiète pas mal, il est sûrement possible de faire mieux et Hase ferait bien de se pencher sur la question… :/ On va essayer de se faire livrer ce bitoniau…

      Terrible cet accident de tandem électrique ! J’espère qu’elle va mieux et suis content de voir que vous repartez avec. Je vais regarder en détail la transformation et les freins quand on aura du wifi, ça m’intéresse 🙂

  • AdrienJ
    Reply

    Je suis pas sûr que ça va me servir, mais je trouve ça hyper chouette que vous preniez le temps de faire un compte rendu aussi détaillé 😁

  • Martine et Vincent
    Reply

    Effectivement c’est très technique…
    On pense bien à vous de Pordic où nous partageons un délicieux WE.

  • Flo
    Reply

    J’avoue que je ne suis toujours pas certain de pouvoir choisir entre un 197 bolts Shimano ou un SRAM 6 Ashima…
    Mais si le postérieur de Claude se porte bien, c’est que tout va pour le mieux ! ^_^

  • Turquie – Tandemonde
    Reply

    […] Les distances sont relativement courtes, on pense donc dédier une journée à la réparation de notre plateau avant, qui est franchement usé… Mais Devrim, notre WS, nous a parlé d’un petit café vélo près de chez lui, on y passe par curiosité et le mécano nous a fait des merveilles ! (Plus de détails ici) […]

  • Johanna
    Reply

    J’adore ce bilan, c’est une super idée, merci ! Et je suis contente de lire que la selle brooks soit gentille à vos fesses 😀

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *