C’est quoi ce barda ? Le bricolage

Trucs et astuces

C’est quoi ce barda ? Le bricolage

Quand on ouvre cette sacoche en dehors d’un bivouac, ce n’est souvent pas très bon signe. Elle contient tout notre matériel de réparation, que ce soit pour le vélo (pompe, rustines, outils, plaquettes de freins, démonte cassette, câbles de vitesse, chambres à air, et même une roue libre avant !), pour les humains (pharmacie de compète grâce à ma maman), ou pour le reste (colle, nécessaire de couture, velcro, ficelle).

Pour l’instant, hormis le vélo, on n’a pas eu beaucoup de casse. On a eu quelques déchirures (mon pantalon de pluie et le sac rouge), des petits trous (sacoches, t-shirts et matelas) et quelques coutures de sacoches décollées. Hormis les vêtements que j’ai recousus, on a utilisé pour le reste du seamgrip, une colle imperméable hyper pratique. Pour les déchirures, j’ai ajouté un petit bout de “tenacious tape”, ça fonctionne très bien !

Dans cette sacoche, se trouvent aussi nos frontales, notre super filtre à eau et notre réchaud. Afin d’éviter la course aux bouteilles de gaz (introuvables dans pas mal de pays), on a investi dans un réchaud à essence (trouvé sur le bon coin quasi neuf !). C’est ultra pratique puisqu’il suffit d’une station à essence avec du sans plomb pour “faire le plein”. La société du tout voiture a au moins cet avantage pour nous : il nous est facile de cuisiner (on se rassure comme on peut…). C’est toujours assez rigolo d’arriver avec notre vélo dans une station essence, les pompistes ne comprennent pas ce qu’on fait là et cela donne des situations assez marrantes où on mime le fait de se faire à manger pour expliquer pourquoi il faut nous remplir ces bouteilles.
On est partis avec une bouteille de 0,3L avec laquelle on tenait 3 bivouacs si on ne faisait pas gaffe (poêlée de légumes, féculents, thé le matin…), Marie nous en a rapporté une autre de 0,6L ce qui nous permet une plus grande autonomie (en gros, quand la grande bouteille est vide, on se dit qu’on s’arrêtera quand on verra une station essence sans avoir besoin de chercher).
Les réchauds à essence sont réputés pour être capricieux (buse qui se bouche…), on n’a aucun problème majeur à signaler pour le notre. Claude le nettoie une fois tous les mois/2mois. L’inconvénient principal est qu’il peut sentir l’essence (d’où le fait qu’on le mette dans cette sacoche et non dans celles de nourriture), surtout quand un pompiste a insisté pour remplir lui même les bouteilles et évidemment en a fait déborder de partout…
Cette sacoche est bien remplie et je dois reconnaître que j’ai renoncé à apprendre la place précise de chaque objet, je laisse Claude mener cette tâche délicate qui aboutit 90% du temps à la fermeture de la sacoche (les 10%, il faut recommencer !).

Si vous avez des questions ou qu’un objet vous intrigue, on sera ravis de vous répondre ! 🙂
A bientôt !

7 COMMENTS
  • Magali
    Reply

    Je suis vraiment vraiment admirative de toute votre organisation ! Pour moi ça me semble une montagne que je n’aurais jamais pu escalader.

    1. Stéphanie Couvreur
      Reply

      Le fait d’avoir vu des témoignages de cyclo qui l’ont fait avant nous a pas mal aidés : Et notre motivation est encore plus grande que les désagréments organisationnels ! 😉

  • Cécile
    Reply

    Rentrée de vacances hier, (j’ai laissé Pascal en conf” à Boston), j’ai eu plein d’articles à rattraper, ça m’a donné l’impression d’avoir bouloté toute une boite de chocolats : c’est trop bon mais tu regrettes après de ne pas les avoir fait durer….

    L’Iran a l’air d’être un très beau pays, la vidéo du Caravansérail m’a fait rêver ! Bravo pour votre marathon administratif, tout le monde vous le dit, (c’est que c’est vrai !) quelle organisation et quelle ténacité vous avez !!
    J’admire aussi votre capacité à établir des liens avec les locaux malgré les barrières, ça vous donne tellement de clefs pour comprendre et s’immerger dans la culture des pays que vous traversez (ça et le temps, vous l’avez aussi), c’est génial de le faire mais c’est sortir encore plus de sa zone de confort, ça ne doit pas toujours être facile, si ?

    Pour vous changer d’ambiance, on vous enverra quelques photos de New York! Bisous à tous les deux !!

    PS: j’adore ces articles “c’est quoi ce barda” ! (j”adore tous les articles de toute façon)

    1. Stéphanie Couvreur
      Reply

      Merci encore Cécile pour ce commentaire qui nous fait super plaisir, et merci pour les photos ! 🙂
      Côté zone de confort, on prend vite le pli en fait, on n’y pense plus trop ! 😉
      Bises !!

  • Martine et Vincent
    Reply

    Tout a été dit par les autres…
    On ne se lasse pas de vous suivre….

    1. Stéphanie Couvreur
      Reply

      Et nous on ne se lasse pas de vos nouvelles et commentaires ! 😀

  • Joel
    Reply

    Perso j’aurais perdu 70 des trucs avant de franchir la frontière ,

    Chapeau et j’espere qu’il ya tout pour entretenir les bouclettes de la Claudette 🙂

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *